Les manuscrits du 15e et 16e siècle conservés à Lille

Pour faire suite au billet sur le nombre de manuscrits médiévaux conservés à la BM de Lille, je me penche sur le contenu de ces livres.

Au 15e siècle, les livres liturgiques sont majoritaires dans le fonds lillois, tandis qu’au 16e siècle, une nouvelle catégorie se développe.

Au 15e siècle, les livres liturgiques sont majoritaires dans les manuscrits conservés (56 sur 104) et ils font partie des manuscrits les plus décorés (33 contre 12 pour les livres profanes). Dans ce groupe, ce sont les livres de prière qui ont le plus d’images, notamment les livres d’heure (8 sur 8) et les missels (5 sur 5).
Dans le groupe des manuscrits profanes, ce sont les livres de morale et les romans qui sont le plus décorés, avec 4 sur 6 livres de morale et 4 romans sur 5.

Au 16e siècle, le contenu des livres du fonds évolue, j’ai appelé « livres de droit » la catégorie qui se développe le plus. Il s’agit des livres exposant les coutumes, les bans et les recueils destinés aux échevins. Ce groupe comporte 21 livres sur 96 ( soit 22% du total), dont aucun ne contient de décoration.

D’autre part les manuscrits religieux deviennent minoritaires au 16e siècle : ils sont 28 contre 48 livres à sujet profane, soit 29% de livres religieux au 16e siècle contre 57% au 15e siècle.

Au 16e siècle les livres décorés se font généralement plus rares : ils ne constituent plus que 25% du total des manuscrits, contre 44% des codex du 15e siècle. Du fait de la moindre présence de livres religieux au 16e siècle, nous trouvons quasiment une même proportion de livres décorés dans les domaines religieux que dans les domaines profanes, soit 31% des livres religieux décorés (soit 9 sur 28) contre 32% des livres profanes décorés (soit 15 sur 48).

  Graphique

REGARDONS PLUS PRÉCISÉMENT LE FONDS DE CES DEUX ÉPOQUES

La comparaison du contenu des livres montre une nette différence entre les deux siècles, malgré la quasi équivalence numéraire des manuscrits : 104 pour le 15e siècle et 96 pour le 16e. Cependant, les livres du 16e sont quasi moitié moins décorés que ceux du 15e (25% des livres du 16e contre 44% du 15e).

Au 16e siècle, les livres de théologie et les recueils de sermons ont cédé la place aux recueils de coutumes ainsi qu’au Chroniques. Les livres religieux, encore décorés au 15e siècle, ne le sont plus du tout au 16e.
Les manuscrits médicaux (7 volumes) et les vies de saint (6) ont disparu, tout comme les livres de morale (6), les récits de voyage (4) ou les romans (4). Cet ensemble constitue 27 volumes.

D’autre part, les livres de blasons et de généalogie se multiplient, passant de 1 à 9 volumes, comme les livres d’histoire, qui passent de 5 au 15e siècle à 11 au 16e, tandis que les Chroniques passent de 6 volumes au 15e siècle à 19 au 16e.
Il serait tentant de croire que le nombre de livres d’histoires et les chroniques, qui a beaucoup augmenté (11 au 15e pour 30 au 16e), est le domaine qui comporte le plus de décors, mais il n’en est rien. Même si c’est dans les livres d’histoire que les décors sont les plus présents (3 sur 5 au 15e siècle contre 5 sur 11 au 16e), proportionnellement, ce groupe reste peu décoré (4 manuscrits sur 11 au 15e siècle et 5 sur 30 au 16e siècle).

Ce sont les livres de blasons du 16e siècle qui constitue le groupe des manuscrits les plus décorés, avec 6 sur 9 (contre 1 seul manuscrit de ce type au 15e, décoré). J’ai rapprochés ces manuscrits de ceux concernant la Toison d’or, inexistants au 15e siècle.

 CONCLUSION

Malgré une différence totale de 8 manuscrits entre le 15e et le 16e siècle, le fonds de la BM de Lille montre toutefois de grandes disparités dans le contenu des livres, ainsi que dans la proportion des décors présents. Ainsi le nombre de manuscrits décorés passe de 44% au 15e siècle à 25% au 16e.

Il est évident que l’imprimerie joue un rôle important dans ces transformations, car il est difficile d’imaginer qu’entre 1501 et 1601 les livres religieux aient été moins utilisés. Est-ce parce qu’ils ont été imprimés et qu’ils se trouvent désormais dans le fonds des imprimés ?

PRECISIONS SUR MA METHODE

Par décoration j’entends les dessins, les enluminures, mais aussi des « lettres ornées » qui désignent à leur tour aussi bien de de simples filigranes monochromes que des lettres richement peintes (comme par exemple dans les Bibles du 12e siècle).

Cette étude n’a aucune valeur statistique : les types de livres présents dans le fonds lillois ne sont pas représentatifs de l’ensemble des livres produits aux 15e et 16e siècle dans la région, ni dans aucun pays. Le fonds lillois s’est constitué à partir de plusieurs sources, à plusieurs époques, de ce fait le nombre de missels ou de cartulaires n’est pas représentatif du nombre de livres de droits ou de cartulaires en circulation à l’époque de leur production.

Les chiffres que je cite sont tirés du CGM publié en 1897 (Catalogue général des Manuscrits), sans le Supplément de 1913 qui compte 241 volumes, ni les manuscrits du fonds Godefroy qui n’ont encore jamais été recensés, soit 183 volumes.

Clarisse Muller



Citer ce billet
Clarisse Muller (2023, 15 février). Les manuscrits du 15e et 16e siècle conservés à Lille. Trésor des bibliothèques municipales. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uxh0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.