Oraison à Notre-Dame dans un livre d’heures

Le manuscrit Godefroy 5 de la BM de Lille présente la particularité d’être écrit en français. Plus intéressant encore : chaque vers latin est traduit en français, ce qui permet de retrouver ce texte en français actuel.

Manuscrit Godefroy 5, feuillet 14
      Oraison à Notre-Dame, Lille, ms. God. 5, feuillet 14

Au départ je m’intéressais uniquement au calendrier, cependant, en lisant les premiers feuillets, j’ai trouvé le texte tellement différent de ce à quoi mon éducation catholique m’avait habituée, que j’ai eu envie de transcrire et traduire ce texte médiéval.
Cependant je précise que je ne tiens pas spécialement à mette en avant des prières catholiques car je n’adhère pas à ce dogme. Ma démarche est celle d’une historienne.

Origine du texte

Ce livre d’heure date du premier tiers du XVe siècle, il a été copié dans le Nord mais le calendrier est à l’usage d’Evreux. Il ne contient pas d’indice sur le destinataire final.

L’oraison à la Vierge Marie est la première prière après le calendrier. Ce n’est pas une prière très commune dans les livres d’heures qui sont parvenus jusqu’à nous, mais elle on la retrouve tout de même dans 81 autres livres d’heures (voir JONAS).

Ce texte est attribué à Hugues de SAINT-VICTOR (1096-1141), théologien originaire du centre de l’actuelle Allemagne qui a passé sa vie à Paris.

Une reproduction  en couleur du manuscrit est disponible sur le site internet de la Médiathèque Jean Lévy de Lille.

Je vous propose dans le tableau ci-dessous ma transcription du texte du ms. Godefroy 5, suivi de ma traduction.

Dans la colonne de gauche j’ai conservé la pagination et j’ai développé les abréviations [entre crochets].

Transcription du feuillet 14

Traduction

Ceste orison qui sen sieut est dite
pour prijer nostre dame que elle noz
sequeure au point dele mort.

 Cette oraison est récitée pour prier Notre-Dame afin qu’elle nous porte secours au moment de notre mort.

Tres certaine esperance defende
resse et dame de tous chiaus
qui si atendent. Glorieuse vierge ma
rie en celle eure qui mes yeulx sero[n]t
si agreve . de le tres noire [et] obscure
mort que ie ne poray veoir le claire
de cest secle. ne que ge ne pouray mou
voir la langhe pour toy proier ne
pour toy appeler Et mon chetif cuer
si fraille tramblera angoussieuseme[n]t
pour la paour des anemis dinfier
et sera si esbahis que tous les me[m]
bres de mon courps defauront en

Grâce de Dieu attendue, dame protectrice de tous ceux qui espèrent
Glorieuse vierge Marie, en cette heure où sur mes yeux pèsera la mort noire et obscure au point où je ne pourrai plus voir la lumière du monde.
Et où je ne pourrai plus mouvoir ma langue pour te prier ni pour t’appeler.
Et mon cœur chétif si frêle tremblera anxieusement dans la peur des ennemis de l’enfer. Il sera si effrayé que tous les membres de mon corps s’anéantiront dans

espace

Feuillet 14v

Traduction

la sueur de langousseuse mort.

la sueur de l’angoissante mort.

Lors te prie ie dame tres douce. [et]
tres piteuse que tu me daingnes
regarder en pite et me vieng
aider avoec la compaingnie des
sains angles Et avoec la cheva
lerie de paradis Et q[ue] mes accu
seur ne puissent avoir nulle [et]
vraye accuseur en contre moy
ne nulle esperance de moy me
ner en leur compaingnie mais
lors te souveingne de moy tres
de bo[n]aire dame de la proyere q[ue]
ie te fais or endroit dame Et re
cois mame en ta benoite garde
et en ta deffense. Et le presente

Alors dame très douce et compatissante, je te prie de daigner me prendre en pitié et de venir m’aider avec la compagnie des saints anges et avec l’armée céleste.
Que mes accusateurs ne puissent trouver aucune accusation contre moi et aucun espoir de me voir partir en leur compagnie.
Alors souviens-toi de moi dame très bienveillante, de la prière que je t’adresse, accueille-la en ta bienheureuse garde et en ta protection bénie.
Et présente-la

 espace

Feuillet 15

Traduction

devant ton glorieux fil ou elle piust
estre vestue deta robe de gloire et aco[m]
paingnie ala ioie et ala feste des an
gles et de tous sains.  Dame des
angles porte de paradis ioie
des patriarches. des apostres des mar
tirs des confies des vierges et de
tous les sains et les saintes. 
estoille du matin plus resplendis
sant. que le solail et plus blanche
que nois. Je joins mes mains et
esleve mes ieus et flechis mes ge
nous devant toy. Dame tres de
bo[n]naire pour icelle grant ioie q[ue]
vous eustes quant vostre tres sain
tisine corps et ame present les an

à ton glorieux fils où elle pourra être vêtue de ta robe de gloire,  accompagnée de la joie et la réjouissance des anges et de tous les saints.
Dame des anges, porte du paradis, joie des patriarches, des apôtres, des martyrs, des confesseurs, des vierges et de tous les saints et les saintes.
Etoile du matin plus resplen-dissante que le soleil et plus blanche que neige.
Je joins mes mains, élève mes yeux et fléchis mes genoux devant toi, Dame très magnanime, pour cette grande joie que vous eûtes quand votre très saintissime corps et âme, en présence des

espace

Feuillet 15v

Traduction

gles [et] archangles sans paour
se departi du corps [et] fu portee en can
tant et presentee a ton fil et reche
ue. et herbergie en glore p[er]durable
Je te prie q[ue] tu me sequeures et me
vieng en devant en celle heure q[ui]
tant fait a doubter qiit [quand] lamort
tres amere me sera si pries. Dame
soyes amame confort et refuge
[et] lanche pour ligarder. S i que li
tres cruel anemy dinfer qui sont
si tres orrible si ort [et] si lait a veoir
ne me puissent espventer ne me
soient si hardi que il me metent
au devant pechie que iaie fait.
Mais par toy ma tres douce dame

anges et des archanges, sans peur, quitta votre corps et fut portée en chantant et présentée à ton fils et accueillie pour s’établir dans la gloire éternelle.
Je te prie de me secourir et de venir au-devant de moi en cette heure qui fait tant douter, quand la mort très amère sera si près de moi.
Dame, soyez à mon âme réconfort, refuge et lance pour la protéger.
Ainsi les très cruels ennemis de l’enfer qui sont si terrifiants, si répugnants et si laids ne pourront m’épouvanter et n’auront pas l’audace de me présenter les péchés que j’ai commis.
Mais que grâce à toi ma très douce dame,

espace

Feuillet 16

Traduction

Tres de bo[n]naire [et] tres piteuse elle
soit presentee a ton benoit chier
fils et en possession mise du repos
pardurable dela ioye et du ioyau
me qui jamais ne finera amen.

très bienveillante et compatissante, elle soit présentée à ton cher fils béni et puisse goûter au repos éternel, à la joie et au royaume qui jamais ne finira. Amen

Dans un prochain billet je commenterai le texte original.

Clarisse Muller



Citer ce billet
Clarisse Muller (2024, 10 février). Oraison à Notre-Dame dans un livre d’heures. Trésor des bibliothèques municipales. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vswe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.