Les catalogues des manuscrits de Lille

Après la Révolution, il faut attendre 1828 pour que le premier inventaire des manuscrits médiévaux de la ville de Lille soit établi.

Il s’agit de la liste de Sir Thomas PHILLIPPS, qu’il rédige en février et mars 1828 et transmet à la bibliothèque ainsi qu’aux érudits locaux.

Page de titre du catalogue de Dinaux, 1840. Source : Google

Cet inventaire est repris en 1830 par Gustav HAENEL dans son Catalogi librorum manuscriptorum. Il reprend les 304 notices de PHILLIPPS avec parfois des commentaires en anglais. Pour ce projet HAENEL correspond avec PHILLIPPS.

Le catalogue de HAENEL, en un seul tome de 620 pages,  contient un inventaire des manuscrits des bibliothèques publiques de plusieurs pays. Il a principalement recopié les catalogues de manuscrits existants. Toutefois cet ouvrage a constitué l’unique référence pour la plupart des bibliothèques de province jusqu’à la publication du premier tome du Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France (alias CGM) en 1849.

Concernant Lille, le catalogue de PHILLIPPS est succinct et comporte des erreurs, qu’Arthur DINAUX s’emploie à corriger dès 1840 avec la parution du Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de Lille dressé en 1828 par Sir Thomas Philipps (illustration ci-dessus). Il prend conseil auprès de spécialistes pour traduire et compléter les notices de PHILLIPPS, auxquelles il en ajoute 19.

Je n’ai pas trouvé de reproduction de l’inventaire de PHILLIPS, cependant je reproduis une notice parue dans les catalogues de HAENEL et DINAUX :

Catalogue des manuscrits de Lille de HAËNEL, 1830 p.18. Notice du manuscrit coté E. 36 par Phillipps. Source : The Internet Archive
Catalogue des manuscrits de DINAUX, 1840, pp. 28-29. Notice du ms. E. 36, il a conservé la cote de Phillipps. Source : Google

Les deux notices sont identiques, DINAUX développe les abréviations reprises par HAENEL.

Entre temps, en 1839, François LAFUITE, bibliothécaire de la ville, publie le premier volume du Catalogue de la bibliothèque de la ville de Lille, en commençant par les « Sciences et Arts ». Il s’agit du catalogue des livres imprimés, dont les treize dernières pages sont consacrées au « Catalogue raisonné des manuscrits de la bibliothèque de la ville de Lille » et contient 37 notices. LAFUITE numérote les manuscrits en partant de zéro sans indiquer la cote utilisée par ses prédécesseurs.

En 1841 paraît le volume consacré aux « Belles-Lettres » qui contient 19 notices de manuscrits. Cette recension s’arrêtera là puisque la parution du catalogue de 1849 sur le thème « Histoire » ne contient plus aucune notice de manuscrits, ni le second tome paru en 1856. De plus LAFUITE est remplacé par un autre bibliothécaire en 1842 suite à son décès.

Les bibliothécaires ont sans doute abandonné leur recensions de manuscrits car André LE GLAY a publié en 1848, un Catalogue descriptif des manuscrits de la bibliothèque de Lille, qui restera la référence pendant les quarante-neuf années suivantes.

Voici les notices du même manuscrit coté E. 36 par PHILIPPS, par LAFUITE et LE GLAY :

Catalogue des manuscrits de LAFUITE, 1841, p. 5. Il a modifié la cote du manuscrit mais indique celle de Phillipps dans le titre. Source : Google
Catalogue des manuscrits de LE GLAY, 1848, p. 305. Il a modifié la cote du manuscrit, elle correspond au E. 36 de Phillipps reprise par Haënel, Dinaux et Lafuite. Source : The Internet Archive

LE GLAY prend la peine de détailler le contenu du manuscrit, tandis que LAFUITE reste succinct.

DINAUX avait déjà augmenté le contenu des notices, mais  LE GLAY les détaille encore plus. Il transcrit par exemple de long passages passages en français ou en latin. Au total il décrit 391 manuscrit.

Les deux auteurs ont modifié la cote des tous les manuscrits, sans précisions concernant LAFUITE, tandis que LE GLAY s’en explique dans son introduction :

« Les livres sont classés dans ce catalogue, sauf les additions, suivant le rang qu’ils occupent dans la bibliothèque, ordre dont nous ne garantissons pas la parfaite régularité.

Nous avons supprimé, d’après l’avis de M. le bibliothécaire lui-même , les cotes alphabétiques et numérales que les volumes portent au dos, et qui sont répétées dans le catalogue manuscrit destiné seulement aux employés de rétablissement. Ces cotes purement provisoires ne devaient pas plus figurer dans notre travail qu’elles ne figurent dans les deux volumes du catalogue des livres imprimés. »

Pourtant, avec LE GLAY pour la première fois nous n’avons plus affaire à un curieux ou un érudit, mais à un professionnel de l’histoire. Son catalogue des manuscrits de Lille fait date car il est considéré comme le catalogue le plus complet et fiable du moment. LE GLAY est en effet nommé premier directeur des Archives départementales du Nord en 1835. Bien qu’autodidacte, il a été bibliothécaire de la ville de Cambrai puis archiviste. En 1841 il a publié un Mémoire sur les bibliothèques publiques et les principales bibliothèques particulières du département du Nord, où il détaille les reproches qu’il avait déjà adressés au catalogue de PHILLIPPS dans un Compte-rendu paru en 1829.

Il  lui reproche notamment d’avoir indiqué le premier ouvrage de chaque manuscrit sans s’inquiéter de savoir s’il y en avait d’autres reliés avec le premier. Comble d’ironie, LE GLAY accuse :

« Il n’a suivi aucun ordre, pas même l’ordre alphabétique »

alors que lui même n’a pas procédé à toutes les vérifications sur l’ordre des volumes et qu’il a supprimé les cotes de PHILLIPPS. LAFUITE prend au moins la peine de signaler les anciennes cotes dans ses quelques notices

Toutefois ce qui n’est pas visible avec cet l’exemple de la notice E. 36, c’est que dans les deux volumes de LAFUITE, sur les 55 notices, 42 sont exactement identiques à celles de LEGLAY. Or le premier volume est paru en 1839, neuf ans avant le catalogue de LEGLAY (1848). LEGLAY indique dans son introduction qu’elles sont rédigées par LAFUITE.

En 1853 l’abbé MIGNE publie à nouveau le catalogue de HAENEL. La notice de notre exemple apparaît similaire à celle de HAENEL :

Catalogue des manuscrits de MIGNE, 1853, p. 483. Notice du manuscrit coté E. 36 par Phillipps. Source : Gallica.

Enfin quarante-quatre ans plus tard, en 1897, paraît le catalogue d’Henri RIGAUX, qui constitue le 26e tome du Catalogue général des des manuscrits des bibliothèques publiques de France (CGM)

RIGAUX est archiviste ainsi que secrétaire du Palais des Beaux-Arts de Lille, pour lequel il a également rédigé un inventaire. Il bouleverse à nouveau le classement des manuscrits en reprenant le classement thématique de ses prédécesseurs mais il commence par les plus anciens. Ainsi toutes les cotes sont encore une fois changées. Cependant cette fois il établit une table de concordance entre ses cotes, celles de LE GLAY ainsi que celles de PHILLIPS reprises par HAENEL et DINAUX.

Il ajoute des descriptions inédites de manuscrits et la liste passe à 744 notices. Toutefois il donne un numéro à tous les volumes d’un même ensemble ce qui augmente artificiellement le nombre de manuscrits existants. Ainsi auparavant une Bible en quatre volumes avait un seul numéro de cote, désormais elle en comporte quatre. 57 cotes sont ainsi ajoutées.

Voici notre notice d’exemple E. 36 sous la plume de RIGAUX :

Catalogue des manuscrits de RIGAUX, 1897, p. 265. Il a modifié la cote du manuscrit mais dans son introduction il réalise un tableau des concordances entre les cotes de ses prédécesseurs. Source : Google

Les notices de RIGAUX sont les plus complètes, car pour tous les volumes du CGM l’exigence est de retrouver les mêmes informations pour chaque manuscrit décrit : titre, auteur, date, langue(s), type de support physique, dimensions, caractéristiques de la reliure, présence d’illustrations. RIGAUX prend souvent la peine de transcrire le début et la fin de chaque œuvre contenue dans un volume.

Ce catalogue connaîtra un supplément en 1903 (tome 41 du CGM), rédigé par Emile DESPLANQUE, alors conservateur de la bibliothèque municipale, qui lui aussi archiviste. Le nombre des manuscrits pour le fonds “général” de la ville passe à 986.

Enfin en 1984 les cotes sont changées une dernière fois, mais ne seront rendues publiques qu’en 2008 avec le versement des notices du CGM sur le site du CCfr (Catalogue collectif de France).

Frise chronologique des catalogues successifs des manuscrits de Lille avec les dates de leurs auteurs (1775-1915) (Cliquez pour agrandir)

Pour terminer ce billet, j’ai souhaité montrer ce travail sur une ligne temporelle.

Le report des auteurs des catalogues avec leurs date de publication permet de visualiser un facteur important : les auteurs des premiers catalogues étaient de la même génération. Henri RIGAUX avait 16 ans à la mort d’André LE GLAY.

L’écart de publication entre le catalogue de LE GLAY (1848) et celui du CGM de RIGAUX (1897) justifie la présence de la table de concordance que RIGAUX a créée entre les catalogues. Un temps si long implique que l’on produise des repères pour ne pas perdre les chercheurs entre les publications qui ont utilisé les anciennes références.
De plus le dernier changement de cote des manuscrits en 1984 ne s’est pas accompagné d’un nouveau catalogue, cela explique que les cotes de 1897 sont encore utilisées dans les publications récentes.

Ce billet a été inspiré en partie par la surprise de constater que ce sont des archivistes qui ont rédigé les catalogues des manuscrits, alors que le métier de bibliothécaire existait déjà. Or j’ai trouvé une explication au fil de mes recherches : leur présence correspond à la création de l’École des Chartes (fondée en 1821) et à la création du métier d’archiviste, qui est né et a grandi avec ce traitement gigantesque de conservation des archives dans tout le pays. LE GLAY personnifie au mieux ce mouvement, puisqu’il a débuté comme médecin, puis est devenu historien autodidacte, pour terminer sa carrière comme premier directeur des Archives départementales du Nord en 1835.

Ce point se révèle en effet décisif pour ces catalogues des manuscrits : il est en effet nécessaire de connaitre de latin et souvent le grec, ainsi que l’ancien français, pour pouvoir décrire les ouvrages. Cela fait encore partie de la formation des archivistes et non de celle des bibliothécaires.

Enfin le XIXe siècle a vu un mouvement général de recensement du savoir et de création d’immenses inventaires dans tous les domaines, comme ceux des archives nationales ou du CGM. Ce sont des outils encore opérationnels, aussi est-il intéressant de comprendre comment ils se sont développés.

Vu du début du XXIe siècle, le XIXe peut sembler uniforme et lointain. Pourtant il est possible d’y retrouver les étapes de la structuration de notre savoir actuel. En effet, ces inventaires du XIXe siècle, par leur aspect systématique, constituent les premières bases de données, qui fonctionnent sur le remplissage de champs identiques pour chaque item. Cela a d’ailleurs facilité le versement de toutes ces notices au format EAD (Encoded Archival Description).

Clarisse MULLER



Citer ce billet
Clarisse Muller (2023, 21 juin). Les catalogues des manuscrits de Lille. Trésor des bibliothèques municipales. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uxh3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.